On attend notre bateau sur l'un des petits port de cat ba. Phuc, notre guide fume une cigarette. Ça se prononce fo et son prénom, c'est phuc, c'est vrai ? Nous on se cache derrière un poteau car le soleil nous soutire déjà des rivières de sueur.

DSC_0089


Pour la facture carbone, on repassera : une péniche de 20 mètres avec des chaises longues sur le pont supérieur. Rien que pour nous !
On savoure la brise marine et le panorama alentour.

DSC_0401

En sortant du port on voit un "bateau boite de nuit", une cinquantaine de lampes accrochées à une armature en fer. C'est un bateau de pêche. De pêche au squid(sèche), ce papillon (pour ne pas dire car abruti) marin est irrépressiblement attiré par la lumière alors on se balade dans les eaux opaques de la nuit Alongienne et bim ! Un coup de flash ! Les seiches par la lumière alléchées remontent en surface et il n'y a plus qu'à sortir les épuisettes.  Pourtant :
Ma mère m'avait prévenue,
méfie toi des ampoules nues,
Ne t'approches pas de ces globes,
Qui mettront l'feu à ta robe.
Les papillons insomniaques, y trouvent un aphrodisiaque,
La mort est au rendez vous, au mieux tu deviendras fou.

Thomas Fersen - Pégase

Les cigales bruissent et font vibrer les montagnes de calcaires. Une tortue, un chameau, un bouddha couché. Chacun y voit ce qu'il veut. Comme dans le coton des nuages ou le marc de café. Mais elles ont toutes en commun l'amour de la rondeur. Des têtes bien faites ébouriffées de vert, des poitrines gonflées.

DSC_0141

DSC_0279

 

Ça est là du polystyrène, des sacs plastiques ternissent la beauté des lieux. On avait été prévenus et on a pu observer que l'écologie n'est pas encore prioritaire pour les vietnamiens qui n'hésitent  pas  à jeter des sachets de chips dans le mékong.

On descend dans les kayak et on pagaie entre les îles flottantes.

DSC_0348

On passe sous la bat cave (aucun lien avec Gotham city) que Thaïs renomme la bouche du monstre tant il est vrai que les stalactites nous donnent l'impression de se jeter dans une gueule béante.


DSC_0310

Un peu plus loin, dans une grotte où on est obligé de se coucher dans notre canoë  pour ne pas se faire scalper. Au sortir, un lagon tout en rondeur et au beau milieu, plantés comme des cierges, Teo le barbu et Sacha le grand blond. Au beau milieu de nulle part. On continue le jeu de chassé croisé. Après avoir partagé la couche dans un car,  un repas à Hué on  les recroise dans un trou de souris. A peine le temps d'apercevoir un singe à flanc de falaise et d'échanger quelques impressions de voyage que nos fils tressés se séparent de nouveau.

DSC_0330

 

(saurez vous trouver le singe ?) 

DSC_0226